Bannière

25 août 2014

Transformers 4

Il faut savoir s'arrêter tant qu'il est encore temps...

Pour bien comprendre la suite de cet article et ce qu’il s’y passe veuillez-vous référer à l’article sur Godzilla où tout est expliqué (assez explicitement) sur les personnages et la situation. Sur ce, bonne lecture.

Godzilla

Parce qu'on aime les bons nanars.

J’ai décidé de changer plusieurs choses en ce qui concerne les analyses de trailer. J’ai trouvé (je ne sais pas si c’est votre cas) que l’article sur Amazing Spider-Man 2 (que je réécrirai sous la même forme, ce sera quand même le premier épisode) était un peu redondant, pas très recherché. J’ai donc décidé de changer cela en mieux (sinon ça sert à rien). Une idée qui m’est venu (mais que j’avais déjà depuis plusieurs mois),était d’écrire l’article sous forme de scénario. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que si on parle de cinéma (qui plus est américain), je pense qu’écrire l’article en forme de scénario correspond bien à la rubrique. Mais bon je ne vais pas y aller comme ça. C’est pour cela que j’ai créé  des personnages, qui ressemblent quelque peu à certaines de mes connaissances (bien sûr ils sont caricaturés à l’extrême). Est-ce que j’ai leurs autorisations ? Non mais je m’en fous donc ça n’a pas d’importance et de plus je leur ai trouvé des prénoms pour les remplacé.  En voici la liste (ne vous inquiétez pas il n’y en a que trois).
-Le premier n’est pas des moindres, nous l’appellerons Sir Douchebag (sans offense). Breton dans l’âme, utilisant son intelligence pour… Euh et bien… Bref passons. Très doué dans l’art de la blague (de mauvais goût bien sûr), il trouve toujours quelques choses à dire même quand il n’y a rien à dire. Il n’a pas vraiment de goût vestimentaire… de merde. Et très important, il possède quelque reflets roux sur ses cheveux (par grand soleil). Ici Sir Douchebag à Trébeurden (un village paumé de Bretagne même si ce n’est pas possible vu qu’il y a des montagnes en arrière-plan). (Merci à
http://www.sp-studio.de )

31 juil. 2014

Let it go

C'est toujours mieux en VO.

Comme je l’avais dit précédemment dans la présentation du site, je vais, dès aujourd’hui, m’attaquer à la chanson. Et vu que je m’étais promis de critiquer Disney et bien je vais commencer par une chanson écrite pour un de leurs films. Et pas n’importe lequel, celui qui leur a rapporté le plus de fric depuis sa création avec plus de 1.2 milliards de dollars (!!!) de recettes. Comme quoi ce sont bien les enfants qui sont la plus grande part de marché du cinéma… Enfin je dis "enfants"… A vrai dire j’ai tout de même quelques potes qui l’ont vu (et ils n’avaient pas pour excuse le fait qu’ils aient un/une frère/sœur) et qui sont sans doute retombé en enfance. Bien sûr en aucun cas je vais critiquer le film étant donnée qui ne vise probablement pas le style de public que je suis. Et puis il est impossible de faire le résumé d’un film qui dure plus de 100 min (quoique vu le public visé le niveau de compréhension ne doit pas être trop élevé…). Et puis de toute façon je ne l’ai pas vu (j’ai juste lu un ou deux résumés pour comprendre dans quel cadre se déroulait la chanson). Bref juste pour vous dire que je n’ai rien à dire sur le film en général… Mais pas de panique même sans l’avoir vu je peux sortir quelques conneries. Tout d’abord (est-ce que je la dit celle-là ?) quand j’ai vu les quelques extraits pour la première fois (là vous allez vous rendre compte qu’avoir un esprit aussi corrompu n’est pas humain), j’ai cru que le film allé aborder un sujet mature. Je ne pensais ni à la violence ni à des scènes dont la sensibilité pouvaient choqués certains spectateurs mais tout simplement à… l’homosexualité entre les deux personnages dont j’ai appris bien plus tard qu’elles étaient sœurs… Ce qui m’as trompé (sans compter mon esprit de taré qu’on devrait sceller pour le bien de toute l’humanité) c’est que pour une fois ce n’est pas un énième prince charmant qui va essayer de sauver une princesse (comme dans Raiponce) mais une sœur qui va à la rescousse de… sa sœur (Bon j’avoue ce qui m’a surtout trompé c’est Internet).

20 juil. 2014

Relooking de L’Extrême: Spécial Obésité

De la Télé-Réalité qui relève (un peu) le niveau

Pour commencer en beauté ce péplum (j’exagère peut-être un peu, quoique…), on ou plutôt je déballe tout de suite la vanne de merde que j’ai préparé et gardé pour vous (je suis si attentionné) depuis que j’ai vu l’émission pour la première fois sur W9 (voilà un bon placement de produit). Le présentateur Chris Powell, en plus d’être *insérer terme physique de demi dieu* à l’air vraiment *insérer un sentiment procurant de la joie pour ceux qui l’entoure* (oui je vous fais bosser un peu, sinon vous restez planter devant votre *insérer un objet high-tech (pas dans votre anus, un peu de tenue s'il vous plaît...) connecté à Internet et permettant de perdre son temps en regardant des monticules de conneries* Ok j’arrête, mais malheureusement pour vous ce n’était pas la blague que j’avais prévu pour le début. Donc pour revenir à Powell, c’est simple vous allez comprendre (par contre est-ce que vous allez rire…). Enfin... je tente comme même. Cette émission a pour but la transformation physique (incroyable quelques fois il faut l’avouer) de personnes à fortes corpulences (LES FATS !!!!) en personnes quelque peu plus présentables. En gros (…) tout est dit en une image :

13 juil. 2014

Spirit Stones

Le jeu parfait pour vos jeunes pré-pubères

« C koi cte merde c pa Call Of » dit Jean Kevin d’une voix de puceau. Je lui réponds gentiment et sans trop m'énerver (en lui foutant un high-kick dans sa sale petite gueule de mini démon) « Je parie que ce jeu est parfait pour un imberbe tel que toi. Je suis sûr qu’après avoir lu (et vu) ce test, tu fonceras le télécharger sur ton smartphone/tablette et que tes parents ce sont faits une joie de se casser le cul à t’offrir pour que tu leurs foutes enfin la paix. Car ils étaient à deux doigts de formuler ces phrases : « On aurait dû prendre un chien/chat/poisson rouge », « Demain je vais me faire enlever les trompes/ testicules pour éviter que cela se reproduise », « En fait on t'a jamais désiré », ou bien le cultisme « capote trouée ». Bref autant de phrases que vos parents ne vous disent jamais, mais on ne peut pas affirmer que ces pensées ne leurs ont pas traversé l’esprit (et après tout il est parfois difficile de leurs en vouloir). Enfin bref ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui (ni celui d’un autre jour). Revenons à notre petit Jean Kévin (dont les parents ont sans doute déjà voulu l’étriper), qu’est-ce que je disais avant tout ça ? Ah oui donc pour commencer (j’aurais dû commencer depuis 5 minutes…) ce jeu est un jeu Android et… « Spèce de sale CASUAL » (*lui mettant une gifle*). Tu as THOR ! Ok le mec qui fait 2-3 partie de Candy Crush et qui va dans sa ferme sur Facebook (je ne connais pas le nom vu que n’ai pas Facebook (mais ça sera pour un autre jour (faut que je change d’expression (il faut que j’arrête de faire des parenthèses dans les parenthèses (c’est chiant à la longue))))). Bref ça c’est un joueur Casu (ce qui n’est pas pour autant une insulte). Par contre le mec qui a complété les 450 (!!!!) niveaux de Candy Crush, ce n’est pas un casu (on ne peut pas dire que c’est un hardcore gamer, quoique…). C’est plutôt un mec qui a plus rien à faire de sa vie la preuve avec ce petit article (je sais pas si c’est vrai mais ça fait peur…): http://www.lecourrierdesechos.fr/index.php/societe/il-termine-le-dernier-niveau-de-candy-crush-et-realise-que-sa-femme-est-partie-depuis-3-mois-avec-ses-enfants/#.U7r0gfl_v9Q